Les médaillons s’effacent, les visages s’oublient, reste un goût de fer en les regardant.