Reviens

Octobre 2014 - je suis ici, et encore. (pour le reste, je ne suis pas sur Ello, Diaspora, Google +, Caramail, AOL, tout çà en même temps...ou alors si j'y suis c'est par pure provocation schizophrénique )

- Si je devais exprimer une frustration et une seule, c'est de ne pas pouvoir parler couramment 5 ou 6 langues, ni deux...mais juste cette langue qui m'enferme dans son environnement, ici, là. Ce soir j'ai vu le Portugal, le Brésil, la Chine, le Japon, les USA, l'Allemagne, et les Pays-Bas, en images en suivant des blogs de photographes, et à chaque fois cette frustration de la langue, ne pas pouvoir lire leurs mots, ne pas pouvoir leur laisser un mot, incommunicabilité insupportable, reste les images. Putain de Babel. - La première vraie déception existentiel c'est soi-même, après seulement on peut critiquer le joueur de foot professionnel et tout le barnum environnant. 
C'est fou qu'on puisse à se point oublier que tout homme est mortel dans ce monde hyper connecté, les RIP qui fleurissent comme des cris d’orfraie, oh mon dieu il est MORT, mais oui mon ptit bonhomme à la fin tu meurs! C'est pas parce que tout est fait pour que sois chassé cette évidence de ton quotidien que la mort elle t'attend pas mon bisounours, la féroce, l'implacable, celle qui peut te surprendre n'importe quand, là c'est dit, faudra encore le répéter mais notre libido décomplexé de con_sommateur survolté a oublié de vivre avec.